• L'acquisition de la propreté

    La propreté ne s'apprend pas, elle s'acquiert.

    Ce qui signifie?

    Que vouloir "rendre" propre, "apprendre" à l'enfant à être propre, parler "d'apprentissage de la propreté" sont des non-sens. Nous ne sommes pas les acteurs décisionnaires de cette acquisition, c'est l'enfant qui devient propre.

    Oui, nous pouvons expliquer, sensibiliser l'enfant au pot, l'accompagner, lui suggérer les choses sous forme ludique, via le jeu, la lecture. Mais il restera le seul point de départ de cette acquisition.

    Petit aparté sémantique

    En règle générale, nous "n'apprenons" rien, nous n'"éduquons" pas. La transmission des valeurs reste le rôle des parents. Les AMA éveillent, guident, mènent l'enfant sur le chemin des acquisitions. Beaucoup de gens confondent les notions d'éducation, d'apprentissage et d'acquisition.

    Devenir poli, bien se comporter en société, vivre avec les autres font partie par exemple de l'acquisition de la socialisation. 

    Les trois signes nécessaires à l'acquisition de la propreté

    Vous l'avez compris, on ne "décide" pas ou on ne "choisit" pas de rendre un enfant propre. Il convient de respecter le rythme de l'enfant et d'être vigileant quant aux signes permettant de déterminer si l'enfant est prêt ou non :

     

    - la L'acquisition de la propretématurité sphinctérienne : les muscles sont aptes à retenir ou expulser les matières. 

    Comment repérer cette maturité? Un indicateur observable classique : si l'enfant est capable de monter et descendre les escaliers sans aide et sans effort, on en déduit que sa maturité physique est acquise.

     

    la L'acquisition de la propretématurité intellectuelle : l'enfant doit être apte à exprimer (par le langage et/ou la gestuelle) son envie de faire pipi ou caca, ou de répondre si on lui demande s'il a envie de faire.

    --> l'enfant doit être au moins au stade des "mots-phrases"

     

    L'acquisition de la propreté

    - la maturité psycho-affective : l'enfant est prêt, psychiquement, à devenir propre.

     

     

    Comment bien repérer les deux derniers signes?

    Plusieurs signes vont peu à peu être décelables, chronologiquement :

    1) l'enfant est capable de ne pas être d'accord et l'exprimer (phase du "non")

    2) l'enfant est capable de verbaliser s'il a uriné ou produit des selles dans sa couche, il a conscience de ce qu'il se passe dans son corps. Il n'est toutefois pas gêné par la présence de selles ou d'urine dans sa couche. Cette phase peut durer un mois.

    3) l'enfant commence à être gêné par ses matières fécales et exige de retirer sa couche rapidement après la selle. Cette phase peut durer 2 à 3 semaines.

    4) l'enfant anticipe et prévient quand il a envie d'aller à la selle.

    L'acquisition de la propreté n'est envisageable que lorsque tous ces points sont maitrisés.

    Respecter ces phases permet d'éviter d'éventuels problèmes d'énurésie ou d'encoprésie tardives, ainsi que certains problèmes psychologiques. L'acquisition de la propreté est donc une période pendant laquelle les parents et l'AMA vont surveiller les indicateurs de maturité, travailler en équipe et de manière similaire. 

    La régressionOn ne gronde ou n'infantilise pas un enfant qui n'est pas propre. On évite également les comparaisons péjoratives avec les autres enfants.

     

    NB : Les enfants étant tous différents, ils ne réagissent pas forcément de la même manière face à l'acquisition de la propreté. Certains sont inquiets, voire traumatisés par le fait que leurs selles sortent de leur corps (de par leur forme, leur odeur, la sensation de l'explusion). Dans ce cas, ils se retiennent et se constipent volontairement. Notre travail consiste également à rassurer l'enfant et leur proposer des méthodes alternatives (couche dans le pot, remettre une couche lorsque l'enfant annonce une selle à venir, etc), en accord avec les parents.

    Et en pratique?

    La théorie, c'est bien beau, mais.. votre enfant est né en Décembre, il va faire sa rentrée en maternelle en Septembre à 2 ans et 8 mois et nous n'avons pas décelé les signes psycho-affectifs mentionnés ci-dessus. Que faire?

    Une sensibilisation en douceur peut être mise en place à partir de Mars ou Avril, afin de guider plus activement l'enfant sur la voie de l'acquisition. 

    Et puis, en général, l'école fait des miracles : aux premiers accidents succède l'envie d'imiter les autres, le besoin d'accomplissement personnel...

    Souvenez-vous qu'il vaut mieux que l'enfant soit propre parce qu'il est prêt à l'être et qu'il le souhaite, plutôt que par peur de décevoir ses parents, être puni ou grondé...

     

    Retour aux fiches thématiques